Commentaires sur l’introduction du punk français chez les enfants

ou comment faire l’éducation musicale de ses enfants à l’aide la télé-poubelle-réalité.

Explication:Tout  a commencé avec la nouvelle star, disons qu’on aime bien voir des gens qui ne savent pas chanter se faire latter la tronche sermoner devant témoins. Le seul truc auquel nous n’avions point pensé c’est que le second mâle de la maison puisse se passionner et militer pour un candidat: Soan (punaise il a fallu que je lui demande je l’avais déjà oublié)

Mouuuuaiiiiiiis…..

Ca aurait put être pire me direz-vous, il aurait put cèder à la tentation hormonale pré-pubère et soutenir une blondasse à forte poitrine qui miaule.

Disons qu’en matière de musique, on serait plurôt du genre intransigeants par ici et pas trop branchés émissions de ce genre qui donnent l’impression que connaître 3 notes de sofège et/oui rouler des fesses dans une micro-robe ça suffit à faire de toi une Staaaaaar.

En gros: mon petit poussinou si tu veux réussir soit tu es passionné et tu bosses soit tu comptes pas trop sur nous surtout si tu veux aller faire le bouffon à la télé et, pour une fois ,c’est pas leur géniteur qui va me contredire. Lui, qui sac à dos au vent, essayait de fourguer ses cassettes…maintenant il essaie de fourguer nos tee-shirts (punk et moins punks) mais sans le sac à dos.

Bref, tout ça pour dire que mon fils s’est donc prit « d’affection » pour le personnage incarné par Soan, pour son univers et il l’a beaucoup entendu parler des Béru…Ni une ni deux SuperMère Indigne dégaine une partie de leur discographie.

C’est aussi là qu’on se rend compte qu’on vieillit: le retour!

Maintenant que je suis passée du côté un peu plus obscur de la force, que je suis un peu (mais alors vraiment un tout petit peu) moins en colère contre la terre entière, me suis rendue compte qu’il y’a certains textes qui me semblaient un peu plus rudes dans l’écriture qu’à l’époque. J’ai joué le CSA ,je n’en suis pas fière. Il n’a que 7 ans mon grumeau et j’ai pas franchement envie de me lancer dans l’analyse de certaines chansons un peu « dures » avec lui ,parce que je vais peut-être vous apprendre un truc, mais à cet âge ça travaille du chapeau sévère ou je suis une grosse feignasse, au choix.

J’ai même réussi à placer pas mal de bricoles qui n’ont pas le droit de passer à la maison en temps normal sous peine d’incident diplomatique (Il faut dire que je n’ai pas choisi mon coloc’ préféré pour son goût certain en matière de musique) bon je me venge à la boutique là, au moins, les clients ont du goût.

De plus, il a croisé le-dit punk de télé réalité juste à côté et il paraît qu’il est « trop sympa » et qu’il bave toujours un peu sur cette émission au passage. Mouaiiiiiis bis.

Mais ,même si ça l’éclate de pogo-ter dans le salon, c’est moins son truc qu’AC/DC ou Kiss…pour le moment.

Tee shirt RS Rambler-Veste à capuche KISS

Par contre,j’aurais presque eue la larme à l’oeil quand ma terreur à couettes s’est mise à brailler « milleuuuu neufeuuu saaaaans soisssssanteuuu dizuiteeeuuu les be’urier sont les roiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii »

Eh oui les pantalons tartan et autres tee-shirts lil hooligan je les ai testé sur les miens en premier et ça laisse des séquelles a priori.

Pantalon RYB-Perfecto the two percenters-air aimable: maman

C’est pas le tout mais y’a du foetus party qui m’attends: « mon fils et punnnnk mon fils est punk,mooon fils est punk » j’adore ce morceau qui sent le vécu à mort…j’en rirais sans doute moins dans quelques années.

Commentaires sur Le rockeur : et si on laissait tomber les préjugés pour une fois ?


C’est quoi un rockeur ?

J’ai posé la question à mon ami Robert. Robert le dictionnaire. Et Robert m’a répondu ceci : « Personne qui se réclame du mouvement rock« .

J’ai dit : « OK, cool. ». Et puis Robert a ajouté : « Le blouson de cuir noir, les santiags du rockeur« . Et là j’ai dit : « s’pas vré ! » et je me suis indignée.

Parce qu’entre nous, y a pas que Robert qui est gouverné par les clichés. En plus Robert, il est excusable, il n’a pas le temps de s’étendre sur les définitions et de chipoter sur les détails : ce n’est qu’un dictionnaire, après tout. Mais demande donc à n’importe qui ce qu’est un rockeur, et tu verras que tu auras droit à ta dose de clichés et d’idées reçues.

Car le rockeur, on l’imagine volontiers comme un personnage dans le genre bête et méchant, sombre et agressif, adepte du mauvais goût, du son trop fort, du rire gras et de la bière à outrance. A partir de là, envisager qu’une famille et que des enfants évoluent dans un univers tourné vers la culture rock est une idée qui dérange et qui donne lieu aux pires idées reçues.

On commence par le look. Parce que c’est important le look.

Et dans l’esprit des gens, un look rock’n’roll, c’est quoi ? Si on résume, c’est du mauvais goût. C’est des fringues sales et trouées, du noir à outrance, des accessoires aussi extravagants qu’énigmatiques, une sorte de mise en scène vouée à témoigner son anticonformisme tout en inspirant une sorte d’aversion générale. En gros le rockeur, il est censé porter du collier à clou, du cuir et des fringues trouées, avoir le cheveu long et gras et secouer la tête frénétiquement sur des rythmes abrutissants tout en faisant ronronner le moteur de sa Harley. Seulement voilà, le rockeur n’est pas nécessairement un gothique intégriste baignant dans un univers sombre emprunt de satanisme, ni un punk pataugeant dans son vomi et s’enfilant des épingles à nourrice dans les oreilles.

Et les femmes qui se revendiquent rock’n’roll, on en pense quoi alors ?! Qu’elles répondent aux mêmes clichés, boivent et éructent leur bière dans les concerts de hard rock, portent des collants troués et des vestes à frange, se crêpent les cheveux, se maquillent de façon à cultiver leur vulgarité et se font tatouer des têtes de mort plein les bras comme des camionneurs ?

Mes bichons, vous ne croyez pas qu’il est grand temps de rompre enfin avec ces tristes idées reçues ?

Parce que, soyons bien d’accord, on respecte le trip gothique, on respecte le punk dans toute sa splendeur, les hardos barbus et les rassemblements de motards sur fond de rock’n’roll. On respecte et souvent, on aime (enfin vous peut-être pas, mais moi j’aime). Seulement voilà, il serait temps d’ouvrir un peu les yeux et de se rendre compte que le rock’n’roll, ce n’est pas QUE ça. Qu’un papa rockeur n’a pas forcément le look d’Ozzy Osbourne, qu’une maman rockeuse n’est pas forcément une Nancy Spungen et que des mômes peuvent être lookés rock’n’roll tout en restant ancrés dans leur univers enfantin.

Parce que pour info, le rock n’a pas engendré que du mauvais goût et des icônes sombres, suintant la révolte, le mal être et l’agressivité.

Tiens, tu cherches du rockeur charismatique ? Je vais t’en donner en veux-tu en voilà :

Hé ouais, tout de suite, c’est plus sexy, je ne te le fais pas dire.

Et quand les nanas décident de donner dans le trip rock’n’roll, ça donne quoi alors ? Ben ça peut donner ça :

Allez, dis-le : « Ah ouais, quand même… »

Alors pour conclure, on dit quoi ? On se dit que finalement, l’esprit rock’n’roll engendre aussi du bon goût, que s’habiller rock ne signifie pas s’enlaidir pour autant (bien au contraire) et qu’on peut décider d’opter pour une garde robe rock, y compris pour ses mômes, sans traumatiser qui que ce soit. Et puis franchement, de vous à moi, t’oserais dire que c’est pas mignon-trognon-trop-chou-‘achment-trop-fun de voir des mômes sapés comme ça ?! :

Enfin moi personnellement, je kiffe. Méchamment même. Pis faut avouer une chose, c’est que la mode rock pour les gosses, ça a autrement plus de style que les joggings Franklin et les t-shirts Dora l’exploratrice… Enfin bon, je dis cela, je ne dis rien…