I’m still waiting

Un beau jour ou peut-être une nuit (près d’un lac je m’étais endormie…) je me suis retrouvée enceinte sans trop le faire exprès mais n’allant pas contre non plus.
Mais, attends, ça n’était pas complètement de ma faute.
Imagines un cadre idyllique:

Ne te fais d’idées même si c’est une hérésie, c’est pas de la bière inside hein

Wacken, sa verdure, sa musique, sa bière, son euphorie généralisé, ses allemands nus et son chocolat (ouais ben on m’avait pas prévenue que le chocolat était aphrodisiaque!) et tutti quanti et pouf ça y est t’as la libido chaude comme une baraque à saucisses à frites alors ça n’était pas un misérable matelas gonflable au fond d’un camion qui allait nous arrêter hein on a fait pire,nan pas sur les stands Pop’n Baby ,on a des principes.
Mais saches, jeune padawan, qu’à Wacken pratiquer la chose au détour d’une allée ou sur un coin de pelouse bouillasseuse ça ne dérange en aucun cas les voisins. Mais, si ils veulent se joindre à toi ne vient pas te plaindre, qui plus est, s’ils ne sont pas de même nationalité et que tu as acquiescé avec un grand sourire quand cet énorme chevelu-barbu-poilu-imbibé –tshirt-Pantera s’est adressé à toi ,pensant qu’il te demandait simplement du feu.
Rassures-toi je me souviens de qui est le père.

J’suis donc rentrée de Wacken avec un symbiote dans mon intérieur. Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite hein j’suis pas à l’affût du symptôme éventuel.Déjà, parce que des symptômes j’en ai pas des tas et qu’après tant d’essais infructueux vaut mieux pas y prêter attention de trop près si tu veux ne veux pas te transformer en psychomaniaque de la courbe de température.

 

Donc, si le colocataire ne m’envoie pas un message facebook ,y’a fort peu de chances pour que je sois au courant de sa présence.

 N’étant pas complètement abrutie (si,si je t’assure),je me suis quand même posée la question de savoir pourquoi mon 90 D était tout comprimé dans le soutien-gorge. Là où j’ai vraiment commencé à douter c’est quand le mâle m’a dégainé un « tiens t’es drôlement peu chiante en ce moment, t’es même plutôt cool » Ça, c’est vraiment pas normal.

Vu mes antécédents tout pourris voire dramatiques, je vais éviter de sauter de joie à en défoncer le plafond et d’aller placarder des affiches dans toute l’île de France à la moindre ½ heure de retard.. Quand une galère arrive c’est déjà assez compliqué à gérer a fortiori quand tout l’entourage est dans la confidence. De mon côté,des galères j’en ai accumulées pas mal malheureusement.

On prévient les enzymes, même si le goth in training avait déjà grillé la prise de volume de sa mère en mode Vahiné (la levure pas la hula girl).A 3 ans il avait capté que sa mère attendait Allien sa soeur  avant qu’on lui dise,alors forcément, à 9 ans voir la daronne en mode Lolo F. avec la sangle abdominale qui enfle faudrait pas trop le prendre pour plus naze qu’il n’est.

Je n’ai pas de symptômes trop contraignants certes mais par contre j’enfle comme une baudruche du bide et des nichons trèèèès tôt.
Ce qui est très gênant quand l’issue n’est pas celle espérée et que la moitié du voisinage ayant détécté la chose et n’ayant pas osé pas t’approcher (t’as oublié que je suis une psychopathe et qu’il faut un vaccin antirabique avant que les gens osent venir me voir) se décident enfin à t’adresser la parole à moins de 15m pour te demander la date de ta DPA alors Dame Nature la connasse t’as encore fait un coup de pute.

C’est pourquoi on se précipite pas pour l’annonce officielle. Ouais j’fais ma Carla (ou ma Beyoncé) pas parce que j’aime ménager le suspens mais parce que j’ai la trouille.
Ma-grossesse-à-moi tout le monde s’en fout et je ne bloquerais pas une rue entière pour mettre bas alors ça risque fort de passer inaperçu. Je ne risque pas d’aller faire traîner mon utérus du côté de la Muette non plus.

Tout ça pour dire, que malgré tout, certains voient, devinent, suspectent, chuchotent,dévisagent ou plus exactement dé-bid-age, à la place de ma tronche ou de mon tee-shirt c’est mon bide on varie les plaisirs.

Un jour,pour une connerie, tu vas t’énerver, péter un plomb, gueuler, re-gueuler, crier encore plus fort, maudire, pester, encore râler plus fort (c’est la faute des hormones hein n’oublies pas) ce jour là rien ne pourra te calmer, tu rumines, tu en veux, tu re-rumines jusqu’à la nausée,tu ne dormiras pas non plus parce que tu as trop ressassé. Tu culpabilises, forcément,après coup c’est toujours facile, c’est pas si grave mais bordel tu commences à avoir mal et tu re-culpabilise, rumine, ressasse…

J’ai l’engueulade facile mais je ne suis pas coutumière du pétage de plombs au bord de la crise de nerfs. La faute des hormones j’te dit.

C’est comme si mon corps s’était vidé comme pour m’éviter de ressentir ce qui allait se passer ou de réfléchir.
Je ne vais pas m’étendre sur la suite, ni te faire un dessin.Douleurs, saignements…

Je sais que ce n’est pas de ma faute qu’avec ou sans cette situation à la con ça serait arrivé, ça serait arrivé même si je ne m’étais énervée. Mais bon la chute d’hormones et le bide qui breake dance ça n’encourage pas la pensée positive.

Je suis quand même allée voir super gynécologue me suis farcie l’échographie de contrôle dont je me serait volontiers passée.
Dire qu’enceinte je râle pour n’avoir que celles auxquelles il tient absolument ,parce que j’aime pas du tout mais alors vraiment pas.Ne dis rien, je sais, j’suis un cas.
Je vais te passer l’épisode mélodrame et la tête du monsieur. That’s life.Pas franchement besoin de « voir » en plus de supporter. Je suis sado-masochsite dans une certaine mesure seulement.
Dans mon malheur ,malgré le stade avancé pas de besoin du curetage pour une fois ce que cette saleté d’utérus  fait son boulot.

Je survivrais, je vais bien,j’ai connu bien pire ,ce n’était pas un « bébé » au sens Cadum du terme, ce n’est pas la première fois et ça risque ne pas être la dernière non plus. Je fais avec.Compte-tenu du contexte assez atypique, cette fois on a voulu y croire bêtement.

Je ne m’étendrais pas sur les « t’en as déjà 2 c’est bien. Un garçon et une fille en plus (heuu tu m’expliques le rapport là? 2 enfants du même sexe j’aurais eu droit  à un troisième essai offert par la médecine?) et tu sais y’en a qui ne peuvent pas avoir d’enfants du tout »
Excuses-moi de ne pas m’ enchanter de la vie chaque seconde après une fausse couche, vraiment je suis confuse.
Si tu savais tout…ma pauvre….tu t’étranglerais avec ta compassion en promotion.
Ca fait juste 11 ans que j’entends à peu la même rengaine et il n’y a qu’Aerosmith que je puisse écouter en boucle  sans ça me gonfle quoique la B.O D’Armaggedon m’a bien saoulée.

Je ne sais pas faire des enfants sans filer un coup pied au c** de Dame-Nature-La-Pétasse c’est comme ça, je ne suis pas la seule et j’essaie de ne pas trop m’en plaindre.Par contre le Rock’n Daddy ne serait pas contre le fait demonter une asso de soutient aux papas victimes de mauvais traitements  causés par  leur femmes shootées au hormones de synthèse.

Il paraît aussi que « c’est pas grave, j’en ferais d’autres »
Penser à la ressortir à une copine qui vient de perdre un bébé ça devrait la remettre sur pieds tout de suite, au minimum pour te coller son poing dans la figure. Par chez moi c’est passé près plusieurs fois le donner hein pas le recevoir.

On commence à m’agiter la PMA sous le nez ,encore,pas envie.

Je vous laisse j’vais aller dégommer 2 ou 3 cigognes ça va me calmer. Parce que j’en ai marre que ces grognasses livrent à tour de bras de la rue sans jamais s’arrêter à la maison.

Le monde la maternité n’est pas toujours rose ou bleu layette parfois c’est moins simple que ça en a l’air.

I’m still waiting………….

Mon Gynéco: cet homme formidable.

Ca y est je te vois déjà toi individu de sexe mâle égaré sur ce blog avec ta recherche « Metal hardcore« , avoir la nausée rien qu’à la lecture du titre. Que veux-tu des fois j’ai des relans de fillassitude. En bonne fille que je suis (si tu veux dire que je suis une fille bonne tu peux) je suis dotée d’un vagin. Ben ouais mes gosses ne viennent pas de chez Prisunic.

Je disais, donc en bonne fille que je suis, je ne peux résister à l’envie d’exposer mon intérieur publiquement sur la toile. Tu veux un petit sac en papier ou ça va aller? Tu dis hein si tu ne te sens pas bien.

Pour citer ce célèbre philosophe qu’est Garth dans Wayne’s world : si tu vomis, vomis là dedans

 

 

Se faire inspecter la tuyauterie c’est jamais drôle hein il n’y a sans doute que les individus de sexe mâle qui peuvent penser que la gynécologie est une discipline prisée par les hommes parce que c’est super excitant ou qui rêverait secrètement d’exercer ce métier pour la raison précédemment invoquée. Bizarrement, protoctologue ça déchaîne un peu moins les vocations.

D’un autre côté, ce serait sans doute les mêmes, qui au moment de pratiquer leur devoir conjugal après une dure journée de labeur, balancerait à leur dulcinée : «  ah non ça me rappelle le boulot ! » t’y avais pas pensé à celle-là hein, avoues.

Le gynécologue c’est un docteur, le docteur du fondement de la féminité certes, mais un docteur quand même, et moi, les docteurs quelle que soit la partie de l’intérieur ou de l’extérieur dont ils  s’occupent, je ne les aime pas trop.

« Elie tu fais une crise d’asthme, là ! Non ne nie pas ça fait 3 jours que j’ai l’impression de vivre avec Dark vador !! Tu ne veux pas aller voir un médecin ? Ben tu ne viendras pas te plaindre si tu meurs ! »

Surtout que mon-gynéco-cet-homme-formidable il travaille en cabinet (et dans les siens éventuellement pourquoi pas) mais il exerce aussi en clinique et il pousse même le vice à exercer dans une clinique où il ya une maternité et même un côté consultations et un côté-pousse-ton-cul -de-là-bordel-je-suis-entrain-d’accoucher– d’ailleurs il faut bien faire attention à ne pas te tromper.

J’aime pas cette salle, elle annonce déjà la couleur de ce qu’il risque de t’arriver (bon en même temps tu sais pour quoi tu es là t’as donc eu le temps de te faire à l’idée), je n’aime pas non plus qu’on me regarde avec des yeux écarquillés –en moi-même-Kesta grognasse à me dévisager ?! C’est quoi qui te gènes chez moi mon sweat guns ou mes cheveux rouges ? j’critique pas ton bandeau de grossesse 50% papa 50% maman  (un 50% maman 30% facteur et 20% voisin du dessous m’aurait bien fait marrer par contre) et ton tisheurt Kiabi rose pétale indiquant que tu couve une « pitite princesse » pourtant y’en aurait des choses à dire…….

Une fois qu’on t’a bien matée, tu peux allée poser ton fessier sur une charmante petite chaise en plastique, ils doivent ne pas être au courant que c’est de l’obstétrique principalement qu’on cause ici et que les royaux popotins prêts à donner la vie on besoin d’un peu de moelleux et que celles qui n’ont pas de bébé en cours de fabrication apprécieraient aussi grandement de ne pas chopper des escarres sur ces engins de torture. Surtout quand tu sais que tu vas poireauter environ heure de rdv+ 2 heures.

Une fois, que toutes les paires d’yeux présentes t’ont scannée de haut en bas, le regard va se fixer sur le gyron maternel ou le gras du bide persistant c’est selon. Tu devines les réflexions intérieures sur enceinte/ pas enceinte.

Vu qu’il faut bien passer le temps, que relire 23 fois la même page de mon bouquin en me farcissant le compte rendu de la prépa prénatale de ma voisine me gonfle ostensiblement je préfère finalement  décortiquer la déco ou plutôt l’absence de celle-ci.

Mon attention se fixe sur le troplein de belles affiches bien culpabilisantes ou alors préventives du style « fumer c’est mal » « ne pas congeler, secouer votre enfant ». Tiens, une affiche du salon du baby primée depuis 8 mois, s’en suivent  les tarifs des échographies, des praticiens, des dépassements, sage femmes, préparation à la naissance…Comme ça t’as encore le temps de débloquer ta réserve d’argent cofidis pour avoir l’immense honneur d’accoucher dans une clinique privée. Cela devrait me laisser indifférente vu que je n’ai pas d’allien en cours de fabrication mais non en fait même pas prête à mettre bas ça me gonfle la pseudo info qui n’en est pas ou tellement généraliste qu’au final on se demande à qui cela peut bien s’adresser ou la publicité déguisée en « viens on va t’expliquer » forcément  t’es enceinte donc complètement conne alors viens mr Pampers y va t’esspliquer comment ne pas tuer ton rejeton en lui changeant sa couche.

 

Vient enfin mon tour.

« C’est tout droit, au bout du couloir « 

En même temps tu veux que j’aille où ? vu qu’il n’y a que le secrétariat et les toilettes  de ce côté ?!  On se croirait dans «  y’a que la vérité qui compte « sauf qu’il n’y a pas Sam et que je ne suis pas sûre de trouver la vérité au bout du couloir mais il y a bien un rideau dans son antre ou plutôt un paravent et un écran pas sans rappeler :

« Elie regardez qui vient vous dire bonjour….vos ovaires ! Ils sont prêts à vous pardonner toutes ces années de maltraitance et reprendre contact avec vous. Allez-vous reprendre une histoire commune ? »

 

Plus sérieusement, tu rentres dans une pièce plus no-design no-déco no-personnalité tu meurs mais avec quelques petites touches qui moi me font surkiffer. Déjà mon gygy (langage de doctinaute fortement adapté à la situation tavu) il a un tableau de Miss Tic (meuuh non pas pas l’espèce de sorcière de picsou,ignare) Miss Tic l’artiste et ça ça claque sa race.

Là, où tu vas voir pourquoi il est si formidable c’est qu’on cause pas mal aussi tous les deux de tout sauf de mon utérus en général. Il est passionné d’art et de mode, je ne me défends pas trop mal alors des fois pendant que j’ai les pieds dans les étriers, le fessier à l’air on disserte sur Matisse ou il me demande des fois des compléments d’info sur sa lecture de Kandinsky des trucs dans le style tu voies.

Et croies-moi ça dédramatise drôlement la situation.

Bon, des fois j’admets, j’aurais bien aimé, qu’il me parle un plus longuement de mon parasite d’utérus ou de l’état de celui-ci.

« Tiens, tu vas te piquer à l’ovitrelle, au fait t’es allée faire un tour à la galerie du jour récemment ? On va mettre du Clomid avec tiens. Ah bon ?  Galerie thadeus ropac ?! « 

Il peut aussi me proposer de la chirurgie plastique avec son bras enfoncé jusqu’au coude dans ma cavité utérine. Ou me raconter ses vacances en Espagne et ô combien j’avais raison, le travail de Gaudi est bien plus impressionnant en vrai tout en raclant jenesaispaset jeneveuxpassavoirquoi à travers le speculum.

On parle de mes fausses couches à répétions en alternant avec Almodovar et en terminant par mon look du jour qu’il a adoré (en même temps après 456 t-shirts  / jour c’est sûr que ça doit changer son quotidien) je te l’accorde c’est un des seuls à avoir le droit de me dire « sympa ton déguisement «  avec une belle pointe d’ironie car il attend de la part le classique démarrage au quart de tour en mode harpie.

Je ne râle pas car un « Youuhouh mec je ne voudrais pas déranger mais tu sais il y’a quelqun au bout du vagin hein » m’aurait sérieusement poussée à laisser tomber tout examen du type pendant tellement longtemps qu’on aurait été obligé d’utiliser un couteau à huître pour m’ausculter.

C’est un cliché mon gynéco on pourrait le croire tout droit sorti d’Urgences (plutôt CHU de Créteil que Cook county hospital) il ne ressemble pas non plus au Dr Ross mais comme lui il a un joli pyjama bleu les jours de garde. Par contre les crocs aux pieds ça flingue l’éventuel potentiel sensuel, en même t’es à côté d’une maternité  et chaque détail et là pour que tu ne l’oublies pas.

Quand il est en blouse blanche y’a la moquette qui dépasse et la chaîne qui va bien : un cliché je te dis, il ne lui manque plus que le bronzage marron et les dents blanches et il a le profil chirurgien esthétique !

Il ne souvient pas de mon nom mais ce souvient très bien de moi. Faut dire que je n’ai pas failli à ma réputation mais qu’il en a bien chié avec moi. Je lui en ai fait baver au môssieu. Non pas que je lui ai pourri la vie mais en vérité si un petit peu quand même.

Ca fait un peu plus de 10 ans qu’il doit flipper sa race quand il me voit trainer mes Iron Fist jusqu’à la table d’auscultation. Il a aussi sût me conseiller les bonnes personnes au moment opportun, prendre en compte mon histoire personnelle, les drames survenus les années précédent l’arrivée de l’héritier, faire en sorte que cela ne se reproduise pas, me prendre avec un passé médical compliqué, avec des traitements tordus et des états d’âmes de psychopathe à faire flipper Freddy Krüger, à  me dire :« tu voies finalement que tu ne l’as pas trop loupé ton bébé même si il est né un peu tôt » , à lutter pour trouver des explications (moi j’en ai une : Dame Nature c’est  qu’une grosse teupu » , à quand même s’inquiéter et à s’ enquérir de la santé de ma descendance, à me dire que si j’envisageais de ne pas prendre de péridurale il irait boire un café avec l’homme le temps que je termine parce que je gueule déjà beaucoup trop en temps normal.

J’l’aime bien, j’aime pas sa clinique, j’aime pas la façon dont on nous traite dans les hostos, j’aime pas le suivi qu’on les oblige à nous proposer systématiquement, mais j’aime bien l’homme et j’aime bien quand il me dit que cette saloperie d’utérus et une œuvre d’art.

C’est con mais ça m’aide à vivre avec ce truc qui ne marche pas comme il devrait et qui m’a tant fait galérer….

 Ps. Pour le concours mise en ligne des photos demain soir en prîncipe si on en s’en sort entre les paquets coincés et ceux qui n’arrivent pas